La famille en crise – André Patrick, Rachid Laamarti

Cette thématique d’intervention a été choisie devant le constat de plus en plus visible d’une structure familiale fragilisée par les incessantes mutations idéologiques et législatives appliquées à son statut, la conduisant lentement mais, de façon assez certaine, vers une fragmentation de son essence, à savoir la cellule source d’équilibre, source de la vie et de son épanouissement.

Plusieurs facteurs viennent corroborer cette impression de déstructuration de la famille, à commencer par le retrait progressif de certains droits fondamentaux des parents ou leur mise à l’écart de décisions politiques relatives à l’implémentation de programmes éducatifs. Ainsi a-t-on peu à peu vu se mettre en place des programmes éducatifs qui, sous couvert de favoriser une conception égalitaire de l’homme et de la femme (démarche noble en soi), cherchent à promouvoir une « normalisation » de certaines pratiques, prenant ainsi le pas sur le droit des parents à éduquer leurs enfants selon les valeurs et l’éthique qui leur sont propres.

Face aux risques de travers que pourrait engendrer un tel système, de nombreux citoyens se sont engagés dans la défense des droits de la famille avec la volonté de résister à un Etat faisant peu de cas de valeurs qui de tout temps ont porté la société vers son idéal de bien-être et d’équilibre. Au-delà des appartenances religieuses, au-delà des positions politiques, au-delà même des choix personnels de vie, c’est l’attachement à ces valeurs sociétales profondes qui a poussé des millions de citoyens à manifester leur refus de la déstructuration de la cellule familiale.

La Manif pour tous, un des symboles forts de cette résistance, a ainsi initié un mouvement social qui a trouvé racine dans une société en quête de repères solides. Citoyens de tous bords et de toutes confessions, tous, Français et unis, se sont retrouvés dans l’engagement humain, politique et social pour la préservation de la famille. Cet engagement, nous, musulmans, devons en prendre acte et nous décider, à notre tour de nous engager, au nom de nos valeurs et de notre foi, avec et pour nos concitoyens.

Myrline. G

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *