La place de la femme dans la fondation de l’Islam

Ce serait une perte de temps que de se demander si la femme est effectivement l’égale de l’homme. En réalité ce genre de question détourne notre intérêt d’autres questions bien plus importantes. Se demander si la femme est bien l’égale de l’homme c’est remettre en cause une réalité concrète que l’on trouve dans les deux sources essentielles de l’Islam : le Coran et la Sunnah.

En réalité il n’y a aucune distinction faite entre une femme et un homme dans la communauté musulmane. Allah (azwj) dit dans le Coran que ce qui fait la réalité existentielle commune d’une femme et d’un homme c’est l’adoration de leur créateur. Car il n’y a de plus noble que celui qui fait preuve de la plus grande piété. En aucun cas le sexe ne peut prédéterminer la noblesse de l’âme et du cœur. Et Allah (azwj) promet une « bonne vie » à tous les croyants sans exception.

Les femmes et les hommes doivent être des alliés réciproquent au sein de la même communauté afin de se secourir, de se protéger et de se défendre les uns les autres à l’unisson. Le rapport homme/femme requiert une harmonie parfaite qui repose dans la reconnaissance mutuelle de l’autre comme égal à soi.

Au moment de la révélation de nombreux exemples nous révèlent le caractère essentiel du rôle de la femme dans la fondation de l’Islam. En effet à l’origine même de la révélation on retrouve Khadidja la femme du Prophète (PSL) qui fut la première à protéger et à soutenir le Prophète (PSL) lorsque l’ange Djibril est venu lui divulguer la parole divine. Khadîdja, l’a couvert, l’a rassuré et l’a apaisé. De plus on retrouve de nombreux exemples de sacrifices de femmes au nom de la religion musulmane, notamment Soumaya, torturée jusqu’à la mort ou encore Oum Habiba qui a choisi le divorce plutôt que de se détourner de la foi.

Finalement, la place de la femme dans la fondation de l’Islam et l’égalité des sexes, n’est pas à discuter, mais à rappeler. Les femmes doivent agir dans ce sens et affirmer leur fierté d’être des femmes et leur chance d’être par-dessus tous des femmes de confession musulmane.

Sabrina Taleb