Pour une troisième France

Une troisième France ? Pour qui mais surtout comment ? C’est un questionnement fondamental à l’heure où un bon nombre d’individus aiment à penser qu’il n’y pas d’alternative. Dans la période électorale où nous nous trouvons, l’abstention gagne du terrain dans les esprits. Pour Ousmane Timera, il existe une alternative à penser et à établir. S’il on doit parler de 3ème France, il convient de définir en premier lieu les « deux Frances » précédentes au préalable. Revenons légèrement en arrière, au temps de la révolution française. La population française était alors divisée en deux camps, le camp réactionnaire face au camp révolutionnaire. Le camp de l’ancien régime, les royalistes, qui souhaitait la liberté politique puis économique principalement. Les révolutionnaires, eux, étaient pour une égalité politique, économique et sociale. Les principes révolutionnaires n’étaient autres qu’une certaine actualisation du message coranique, la proximité du message des sources islamiques et valeurs révolutionnaires n’est en rien étonnante. Les deux prônent la liberté, la dignité, l’égalité de l’ensemble des humains. Cependant qu’en est-il de cette troisième voix nécessaire au renouveau de la société ? Quel rôle doit être joué par cette autre population. Par autre population, nous entendons la diversité dont la plupart des musulmans est issue. Ces mêmes personnes qui se sont battues pour la France lors de ces moments durs avec les tirailleurs par exemple, qui ont été la main d’œuvre lors des constructions, qui ont été acteurs de la francophonie. En d’autres termes, ils ont été français par choix. Être français, c’est avant tout partager les valeurs humaines universelles. Contre les discriminations, la réponse doit être la proposition, la réflexion en amont pour aller vers l’action. La réaction ne doit pas être notre seul recours. Il convient de dépasser la réaction et de penser un projet de nouvelle société plus égalitaire. Le droit et le devoir de chacun est d’apporter sa contribution. Les cultures ne sont faîtes que pour l’interdépendance et les échanges. La diversité devrait être vécue pleinement et mise en valeur car ce sont des talents et capacités perdus. L’Islam promeut la fraternité puisque tous les humains devraient se considérer comme frères. L’unité viendra par le respect et non par l’uniformité. La citoyenneté doit nécessairement être redéfinie. Cette nouvelle société ne verra le jour que par l’autonomisation, la participation active de tout citoyen, par la profusion du savoir. Il faut repenser la société par une politique pro-humaine. En ce qui concerne les musulmans, cela devrait passer par un renouveau du souffle spirituel car une révolution ne saurait perdurer et être parachevée sans transcendance. D’après Ousmane Timera, il faut réformer pour les 30, 50 ans à venir, pour la prochaine génération.

 

Amina. A